Fr – Étape 17

Mercredi 17 août 2005
Figeac (Lot) – Cajarc (Lot) 25 km * Cumul 418 km

2005.0801.carte17.Figeac-Cajarc

L
ongue étape. Fatigués de la veille, nous ne nous levons qu’à 8h. Petit-déjeuner limité au café soluble. Heureusement Benny est allé chercher du bon pain. Tout le monde est parti 1h avant nous, sauf Martin dont la copine est malade (otite). Mais elle va mieux ce matin. Nous déjeunons ensemble et prenons congé vers 9h30 en laissant 20€ à Carmen.

Nous commençons par tourner en rond dans Figeac avant de trouver le Chemin, mal indiqué comme souvent. 2H d’une montée interminable. Vers Beduer j’entends la première cigale. Il fait chaud, nous n’arrêtons pas de manger des petites prunes bleues. Il y en a partout, dans les haies et sur le sol. Elles nous apportent de l’eau, des sucres et des vitamines. Mais comme elles sont chauffées par le soleil, nous avons un peu peur pour notre arrière-train…Tant pis, nous verrons bien…

A 13h30 nous sommes à Grealou. Avec 20 km dans les jambes nous sommes déjà bien « cassés ». Il en reste encore 10 ! Par bonheur un bistrot jouxte l’église. Nous enlevons nos chaussures et nos chaussettes humides et étalons nos pieds endoloris sur le carrelage agréablement frais pendant que nous dégustons notre bière.

Nous avons encore dépassé une vingtaine de pèlerins aujourd’hui. Nous ne faisons pas la course, mais supportons assez mal de suivre longtemps un couple ou un groupe. Et puis il faut marcher, et marcher encore pendant qu’il est encore tôt, car nous savons d’expérience que les 10 derniers km sont les km les plus durs. Nous rechaussons vers 14h et reprenons la route.

Enfin Cajarc. A l’Ecomarché de l’entrée de ville nous achetons un melon, 4 yaourts, une barquette de salade piémontaise au jambon, une barquette de taboulé, un sachet de pommes noisettes surgelées, deux tranches de gigot d’agneau, une bouteille de vin de pays du Lot, et… 2 bières fraîches à boire tout de suite, à même la pelouse de l’Ecomarché.

Un peu ragaillardis par cette potion magique, nous nous mettons en quête du gîte qui, nous l’avons noté, n’assure pas de repas. Nous ne tardons guère à le trouver. Routine habituelle : douche, lessive, « bullage » les jambes en l’air sur le lit contre le mur, repas, brosse à dents, journal, étude de l’étape du lendemain, dodo… Julie ronfle d’ailleurs déjà depuis une bonne demi-heure. Je vais en faire autant. Il pleut, le linge sèche à la fenêtre. Pourvu qu’il ne pleuve pas demain matin !

Cliquez sur la miniature pour voir les photos… (Touche « échap » pour quitter)

« 1 de 24 »

Parcourir l’étape suivante…