Es – Étape 32

Jeudi 3 Juin 2010
Santiago – Negreira
23 km – Cumul 835 km

2010.0501.Carte32.Santiago-Negreira

Il est toujours aussi difficile de se lever le matin lorsque l’on sent qu’il y a « du pain sur la planche ». A 6h30, en longeant les rangées de lits, nous envions les pèlerins fraîchement arrivés qui sommeillent paisiblement… Mais nous avons 23 km à faire, et ils ne se feront pas tout seuls. Dans le quartier de la cathédrale, nous trouvons un bar ouvert, et nous en profitons pour déjeuner : 1 americano, 1 gros croissant, et un jus d’orange pressée pour 4€. C’est correct vu le site. 20 minutes après nous remettons le sac à l’épaule. Nous quittons Santiago sans problème et retrouvons avec plaisir les forêts d’eucalyptus et leurs troncs blancs qui pèlent comme des oignons. Les sous-bois et les chemins sont jonchés de leur écorce.

Les kilomètres n’en finissent pas de s’étirer. Nous montons, nous descendons des chemins, de petites routes asphaltées… Compte tenu de la faible quantité de pèlerins qui poursuivre jusqu’à Fisterra, 3 ou 4% peut-être, les auberges se font plus rares, et nous ne pouvons pas nous permettre de jouer avec la longueur des étapes sous peine de risquer de passer la nuit à la belle étoile. Nous nous arrêtons donc, comme indiqué, à Negreira, petite ville de campagne où nous prenons une bière en traversant le bourg. Le refuge est à 500 mètres à la sortie de la ville. Un bel immeuble de 2001 en pierres de taille, 30 places. Pas de lits superposés, le confort pour tout le monde : lits en bois, larges places autour des lits, 8 lits par chambre. Nous ne sommes qu’une douzaine de pèlerins pour l’instant. Douches sans tablette comme d’hab. Le linge sèche bien, il y a du vent et du soleil.

Après nos pages d’écriture, nous partons boire un coup en ville. 4 verres de Rioja 8€. Ils nous prennent pour des américains ou quoi ?… Compte tenu de ce tarif, nous décidons de dîner à l’albergue. Au supermarché nous achetons 2 pizzas romaines, 100 grammes de Roquefort, une petite miche de pain, un sachet d’olive pour l’apéro, une poignée de cerises, 4 abricots, une grappe de raisins bleus d’Italie, et bien sûr une bouteille de Rioja à 8€.

Catastrophe, il n’y a pas de micro-ondes à l’albergue. Nous réchauffons les pizzas directement sur les plaques en vitrocéramique… Vraiment pas terribles les pizzas, nous ne viendrons à bout que d’une seule. Yong n’aime pas le fromage, ça tombe bien je l’adore. Les raisins non plus ne valent pas un pet de lapin, je laisserai Yong les terminer. Par contre, une bouteille de Rioja pour deux, c’est ma foi un peu… court! Nous passons le restant de la soirée à bavarder à l’extérieur en donnant le reste du pain à manger aux moineaux, et montons nous coucher vers 21h. L’étape de demain est longue, il va falloir se lever tôt.

Cliquez sur la miniature pour voir les photos… (Touche « échap » pour quitter)

« 1 de 4 »

Parcourir l’étape suivante…