Es – Étape 17

Mercredi 19 Mai 2010
Sahagún – Reliegos
31 km – Cumul 457 km

2010.0501.Carte17.Sahagun-Reliegos

N
ous déjeunons à l’hostal d’hier au soir d’un grand café, un croissant et d’un cake aux amandes pour 3€. Nos 31 km d’aujourd’hui nous paraissent insignifiants par rapport à l’étape d’hier. Malgré le soleil qui point vers 7h30, la température est limite, 4 à 6° sans doute.

Depuis Roncevaux je pars toujours avec le même équipement le matin : short, tee-shirt, le pull d’Alain et ma veste de pluie. Depuis 5 ou 6 jours, lorsque le temps le permet, j’enlève d’abord le pull, que je mets à sécher derrière le sac, suspendu par 2 épingles de sûreté, pour qu’il soit sec à l’étape. Vers les 10h, lorsque le soleil est assez chaud, j’enlève la veste de pluie.

Nous traversons depuis 3 ou 4 jours de vastes plaines à céréales. La Castille est bien effectivement le grenier à blé de l’Espagne. Aujourd’hui nous avons traversé une zone de travaux à la sortie de Sahagún, une autoroute et les ouvrages d’art afférents étaient en construction. J’ai fait quelques photos. Les kilomètres s’alignent moins vite qu’on le souhaiterait. Nombreux sont les pèlerins arrêtés dans les derniers kilomètres : la chaleur mais aussi et surtout les muscles des jambes qui durcissent.

Le refuge « Las Matas » est facile à trouver dans cette petite bourgade qui dispose de 2 bars mais pas même d’une épicerie. Les propriétaires de bars n’en veulent pas : ils souhaitent préserver leur monopole sur l’alimentation des pèlerins. Nous avons appris qu’un camion passait en fin d’après-midi, nous verrons bien. C’est la première fois que je vois un refuge équipé de 2 salles de bain adaptées aux handicapés. Utilité ?… Je doute qu’un handicapé moteur puisse entreprendre une telle aventure. Première fois aussi que je vois des douches équipées d’une tablette. Faut-il venir dans la brousse castillane (300 habitants) pour retrouver enfin des traces élémentaires d’urbanité ?…

La première bière après la douche et la lessive est un moment d’intense plaisir, elle institue le début de la trêve jusqu’à ce que nous rechaussions le lendemain matin. Nous avons acheté des fruits au camion et un berlingot de vin (pas terrible). Ce con ne vend pas de bière pour ne pas avoir de problème avec les bars ! Nous ne pouvons pas les boycotter étant donné que nous n’avons rien à manger.

Au dîner : assiette chaude de pois gourmands (bons), escalope de dinde, ou quelque chose comme ça, panées (bof), yaourt ou flan, prix correct de 9€ vin compris.

Cliquez sur la miniature pour voir les photos… (Touche « échap » pour quitter)

« 1 de 10 »

Parcourir l’étape suivante…