Es – Étape 16

Mardi 18 Mai 2010
Carrión de los Condes – Sahagún
42 km – Cumul 426 km

2010.0501.Carte16.CarriondelosCondes-Sahagun

A 6h30 nous déjeunons dans le même établissement où nous avons dîné hier au soir. C’est une erreur : Pour 3€ nous n’avons qu’un café sans âme et 3 petits bouts de pain, carré de beurre et confiture. Mesquin. D’autant que le patron ne se lasse pas de nous laisser sous le nez, croissants, pains aux chocolat et madeleines à 1€ l’unité. Je dissuade Yong de se servir chez ce pingre qui nous ferait déjeuner à 6 ou 7€ si nous cédions à son hypocrisie. Nous resterons sur notre faim et le « Ducon » sur ses croissants.

A 7h nous remettons sac à l’épaule. L’après-midi ensoleillé d’hier nous avait fait ranger nos gants, mais la morsure du froid nous rappelle vite à l’ordre, pas plus de 3 ou 4° au mieux. Un lapin domestique noir, sans doute échappé de son clapier, nous amuse un moment à la sortie de Carrión.

Nous n’avons pas décidé où nous allions dormir ce soir. Terradillos de los Templarios à 28 km en ligne de mire, mais j’aimerais bien atteindre Sahagún, 42 km c’est beaucoup. Les 17 km qui nous conduisent à Calzadilla de la Cueza sont interminablement longs et monotones. Le Chemin est droit jusqu’à l’horizon, et après encore. Nous marchons comme des malades pour tenter de raccourcir ce désert humain. Nous avons mis 2h55, cela fait près de 6 km/h de moyenne. Nous prenons une bière et repartons.

A midi, nous sommes à Terradillos et prenons une autre bière au refuge « Los Templarios ». La question se pose alors : Stoppons nous ici ou poursuivons nous jusqu’à Sahagún ? Nous avons mal aux jambes, mais il n’est que midi. Yong n’a pas d’opinion, il part acheter une tablette de chocolat lait amandes. Nous engloutissons le chocolat, et je profite de l’occasion pour lui asséner qu’il convient à présent d’utiliser ce surplus d’énergie. Nous nous remettons en route sans grand enthousiasme.

Les 15 derniers kilomètres seront pénibles. A 15h nous arrivons exténués à Sahagún. Il n’y a personne à l’accueil du « refugio municipal de Cluny ». Nous montons dans le dortoir nous installer. Nous ferons les formalités à 17h. Malgré le soleil nous avons froid et terriblement mal aux pieds. Après la douche et la lessive, j’utilise pour la première fois le « gel crème soulageant » de Scholl qui… soulage effectivement. Je vais retirer de l’argent. Ah ! cette fois-ci le DAB est de facture récente. Yong achète 4 « San Miguel » (bières) et un sachet d’olives que nous dégusterons dans le comedor. En attendant l’heure du dîner, nous nous étendons sur nos couches pour soulager nos jambes et nos pieds endoloris.

Nous dînons à « l’Hostal La Codorniz » (Auberge La Perdrix) d’aspect médiéval : Excellente soupe castillane, ragoût de lapin frites, heureusement avec quelques carottes, glace, 10€ vin compris.

Nous avons passé la moitié de la nuit en pleine lumière avant que quelqu’un n’ait fini par trouver l’interrupteur. Agaçant, chacun consultant sa montre à chaque réveil pour se rassurer.

Cliquez sur la miniature pour voir les photos… (Touche « échap » pour quitter)

« 1 de 8 »

Parcourir l’étape suivante…