Es – Étape 10

Mercredi 12 Mai 2010
Santo Domingo de la Calzada – Belorado
23 km – Cumul 242 km

2010.0501.Carte10.SantoDomingodelaCalzada-Belorado

L
e départ à 6h45 est laborieux. J’ai essayé de mettre une bande pour protéger mon talon, mais l’épaisseur supplémentaire s’est avérée insupportable. Je marche en baskets depuis Logroño. J’ai de la peine ce matin. J’ai l’impression qu’elle ne cicatrise pas cette blessure, qu’elle se creuse plutôt. Je ne sais s’il faut serrer ou desserrer les lacets, la douleur est identique et permanente.

A Grañon 7km, le village suivant, les bars ne sont pas ouverts, et j’ai dédaigné la petite épicerie à l’entrée du village. Nous devrons attendre le km 14 pour pouvoir déjeuner dans un routier, sur la N120, à 150m du Chemin. Yong et son éternel croissant, moi d’un gâteau rond au chocolat et d’un petit sandwich au chorizo très goûteux. Le reste de l’étape sans fait marquant. Quelques gouttes de pluie à 1km de l’arrivée, heureusement sans conséquence.

Le refuge « Los Quatro Cantones » à Belorado dispose de 62 places. Une grande maison dont les dépendances ont été aménagées en chambres de 3 à 4 lits superposés. Accueil sympathique, 5€, possibilité de dîner et petit-déjeuner en formule donativo. J’attend de voir avant de laisser mon obole.

Yong disparaît et revient avec 2 sachets d’olives, 1 sachet de saucisses, 2 barres chocolatées et 4 bières. Nous engloutissons le tout dans la cuisine encombrée de convives. Je sors acheter des fruits car nous n’en avons guère mangés depuis le début. Le dîner est servi à 19h. C’est une surprise énorme : Nous entrons dans une salle à manger toute apprêtée, nappes de papier blanc, couverts en place. On nous amène du vin. Un couple en grande tenue nous sert une excellente soupe de poisson, suivie de cuisses de poulet pommes de terre au four, salade mixte et tarte. Le vin est à volonté. A la fin du repas nous avons droit à un choix de 2 alcools locaux, une sorte de marc et un alcool de pêche. Nous laisserons sans état d’âme 10€ chacun pour ce festin.

C’est mon jour de chance aujourd’hui : Danièle, la femme d’un pèlerin radiologue à Grasse, voyant l’état de mon talon et l’indigence de ma pharmacie, m’a offert des compresses grasses à la béthadine que je me suis empressé d’accepter en espérant le miracle…

Le petit-déjeuner est à 6h30 : café jus de chaussettes, pain, margarine, compote. Pas terrible, mais correct pour 2€50.

Cliquez sur la miniature pour voir les photos… (Touche « échap » pour quitter)

« 2 de 9 »

Parcourir l’étape suivante…