Es – Étape 06

Samedi 8 Mai 2010 Estella – Los Arcos . 21 km – Cumul 139 km.

2010.0501.Carte06.Estella-LosArcos

L
e petit-déjeuner gracieusement offert par l’accueil paroissial a permis de compenser leur triste prestation de la veille. Café, ou plutôt eau de café, chocolat, thé, pain, beurre, confiture, céréales. Il était temps car je commençais à regretter les 10€ que nous avions chacun mis dans le tronc la veille. Yong m’a encore fait lever à des heures indues.

A Irache, nous profitons de la fontaine à vin que la coopérative viticole locale met à la disposition des pèlerins. Quelle bonne idée, dommage qu’en France nous n’en ayons pas d’aussi lumineuses. Il faut pomper plusieurs minutes pour remplir notre demi-litre d’Evian. Les petits malins ne sont pas à court d’astuces pour limiter la consommation de pèlerins assoiffés. Ce n’est certes que du vin de table très ordinaire, mais comme l’établit le proverbe « A cheval donné, on ne regarde pas la dent ».

Par rapport au guide, j’ai raccourci l’étape de 9km, pour 2 raisons : D’une part j’ai observé qu’il n’y avait qu’un seul refuge de 40 places à Torres del Rio, d’autre part mon talon s’est mis à saigner hier en sortant de la messe. Le mercurochrome en asséchant la plaie provoque une contraction des chairs qui se déchirent ensuite à la moindre tension. Le reste de l’étape sans grand intérêt notable.

Depuis le début, je trouve ce Chemin très pénible. Nous avons froid en permanence et nous arrivons très fatigués au terme des étapes. Cela tient sans doute au climat, à l’inconfort de la plupart des refuges, à la promiscuité qui y règne. Il y faut faire la queue pour entrer, pour la douche ensuite, pour le wc le matin au réveil. J’en ai parlé à d’autres qui ont fait la partie française du Chemin et qui ont le même ressenti.

A midi nous sommes rendus bien fatigués à Los Arcos. Notre refuge est dans la norme habituelle : Exigu, 10 lits superposés par pièce, 3 chaises, 1 étagère à couvertures. Nous stockons à terre nos sacs et étalons sous le lit bâtons, chaussures crottées, le nécessaire à toilette et la pharmacie : tout ce dont nous avons besoin jusqu’au matin suivant. Nous tâchons chaque jour d’arriver aux refuges parmi les premiers pour ne pas trop faire la queue pour la douche et la lessive et surtout pour pouvoir réserver des lits du bas, beaucoup plus accessibles et commodes que ceux du haut. Ils disposent d’un avantage supplémentaire déjà mentionné : je peux tendre une ficelle sous le lit du haut et mettre mes vêtements à sécher pendant la nuit.

Nous avons payé 8€ pour le gîte et 3€ pour le petit-déjeuner. Nous lavons notre linge et utilisons l’essoreuse à main, deux rouleaux de caoutchouc activés par une manivelle. L’après-midi nous flânons un peu en ville et le soir nous mangeons très bien dans un hôtel-restaurant pour 11€50 vin compris : salade variée, escalope milanaise pour Yong, rôti de porc au piment pour moi, tarte maison. Nous nous mettons au lit vers 21h.

Rien à redire pour le petit-déjeuner : café, thé ou chocolat à volonté, biscottes, biscuits secs, 3 types de confiture et un succédané de beurre et de Nutella. A 6h30 nous sommes dans la rue.

Cliquez sur la miniature pour voir les photos… (Touche « échap » pour quitter)

« 1 de 10 »

Parcourir l’étape suivante…